Des vœux d’une autre planète, peuplée de cigognes imaginaires

Le discours de vœux du maire sortant, lundi 6 janvier, a été un curieux mélange de surréalisme, d’enfumage et de déconnexion totale de la réalité locale.

Il met en avant la situation financière exceptionnelle de la commune avec ces 2 millions d’euros d’autofinancement qu’il recycle chaque année en oubliant de dire qu’il est incapable d’augmenter les ressources financières de la commune pour la mettre à l’abri de déconvenues, notamment sur les dotations de l’Etat. Cela nécessiterait d’avoir une politique économique pour développer l’activité des acteurs économiques et donc les recettes fiscales sans augmentation des impôts. Avant de promettre une baisse mineure des impôts locaux il conviendra d’attendre les résultats de l’audit financier de la commune afin de mesurer sa situation réelle.

Il se gargarise de la magnifique saison touristique avec la progression des taxes de séjour et des droits de mutation en oubliant de dire qu’elle est essentiellement due à la surdensification du nouveau quartier. C’est l’arbre qui cache la forêt et masque la déception de tant de commerçants, le nombre de ceux qui ferment boutique l’hiver ou même s’apprêtent à partir, la tristesse d’une fin d’année sinistre, sans lumières. Il est temps d’arrêter la pitrerie du Père Noël le 31 juillet et de le remettre à sa place avec un Lavandou illuminé, un village de Noël, de vraies animations, le 25 décembre.

Il en fait une tonne sur les quelques bébés supplémentaires attendus cette année (4 à 6 de plus seulement, 53 au lieu de 48 environ l’année dernière ) et y voit le gage d’une démographie rayonnante. Sauf que les décès sont deux fois plus nombreux.

Il passe vite sur son projet bâclé à la hâte de centre d’hébergement pour le personnel temporaire en réponse à celui que nous avons sorti et qui correspond beaucoup mieux à l’attente des professionnels. Et curieusement il passe encore plus vite sur le cinéma, un dossier qui tient de l’aventure financière et du risque sismique quand à son exploitation. Un dossier qu’il faudra remettre à jour car nous sommes favorables à un cinéma pour l’animation de notre commune toute l’année.

Oui nous aimons le Lavandou. Oui nous avons conscience de vivre dans un endroit d’exception. Oui nous pensons même que le maire sortant a réalisé des choses positives. Franchement en 25 ans c’est heureux ! Mais nous aimons les hommes et les femmes qui en constituent la communauté et donc nous les respectons. C’est pourquoi nous voulons garder ce qu’il y a de meilleur ici. Mais nous refusons de mettre la poussière sous le tapis.

Qui peut croire une seconde que tout est parfait ici, qu’il n’y a plus rien à faire, que notre ville est si heureuse, sans misère, sans cambriolages, sans trafic de drogue… ? Qui peut croire que les élections municipales des 15 et 22 mars sont une pièce de théâtre sur le thème « circulez y’a rien à voir »   dont le comédien principal suggère d’en reprendre pour 6 ans !

Le maire sortant a fait son (long) temps. Vous n’avez plus besoin de ce joueur de pipeau, de cette autosatisfaction, de cette ignorance crasse de ce qui manque à notre Lavandou, pas seulement pour développer l’économie locale, créer des emplois, donner un avenir à sa jeunesse, donner réellement corps à la transition écologique. Mais aussi pour permettre à ses habitants de partager ces petits bonheurs qui font la vie plus douce : ateliers participatifs, lieux d’échanges artistiques, culturels, philosophiques, musique, danse, entraide intergénérationnelle sur le numérique, le bricolage, la couture… Pour un Lavandou plus bienveillant.

Thierry Saussez

Pour cette fin de cycle Bernardien et comme pour le bilan de l’ensemble de son oeuvre, des vœux « cosmétiques » bien écrits mais sans vérité et avec beaucoup de virevoltes. Seul, sans équipe, sans panache devant les photos symboles de 25 ans de règne sur le Lavandou : des palmiers et des chaises, des terrasses agricoles symboliquement protégées, un pôle danse attendu mais hors du prix initialement prévu, et un cinéma dont le fonctionnement et la rentabilité sont plus qu’incertains. Rien à voir avec une vraie équipe motivée et des jeunes unis autour d’un maire proche de ses citoyens comme à la Londe avec Monsieur De Canson

Notre blog