Faire face à la crise sanitaire

Je l’ai déjà écrit : je sais, pour avoir géré dans mes fonctions interministérielles, des crises comme celle de la grippe A qu’il ne faut ni minimiser le risque ni alimenter les peurs.
La meilleure façon de ne pas ajouter de l’anxiété est néanmoins de se préparer à l’arrivée de l’épidémie chez nous.

Nous proposons à toutes et à tous, en particuliers aux élus et à tous les citoyens engagés dans la vie publique les réflexions suivantes :

il n’y a pas de trêve à envisager sur le plan électoral. Une démocratie vivante est l’un des moteurs pour rester debout.
mais il convient de dépasser les différences, les clivages, les oppositions pour être à la hauteur des enjeux
en commençant par se mettre toutes et tous derrière le maire qui sortira des urnes. Ce sera à lui de créer une cellule de crise largement ouverte aux forces politiques et aux professions de santé, acteurs économiques, associations d’ores et déjà 3 niveaux d’initiative peuvent être étudiés :

  • pour les parents qui travaillent et vont devoir garder leurs enfants, une plateforme pour mettre en relation les assistantes maternelles disponibles et les familles susceptibles d’accueillir plusieurs enfants. Recenser et enrichir les aides exceptionnelles qui seront nécessaires
  • préparer des comités de vigilance avec des bénévoles pour assurer la communication, par visite et téléphone, avec les personnes fragiles et isolées
  • réunir les acteurs économiques. Pour les aider ( exonération des taxes, appui pour bénéficier de toutes les aides publiques, conseil pour la gestion notamment en provenance d’entrepreneurs aguerris comme ceux du CIEL, le Club des Initiatives Économiques du Lavandou ) et le cas échéant sauver la saison. Avec un plan de promotion exceptionnel, les parkings gratuits etc..

Dans tous les cas, le Lavandou se doit d’être à la hauteur.

Your Content Goes Here, Your Content Goes Here

Thierry Saussez

Notre blog