Pourquoi le maire sortant gère-t-il seul cette crise ?

Pourquoi le maire sortant gère-t-il seul cette crise ?Dès le 12 mars je lui ai suggéré de réunir les 3 autres têtes de liste afin de coordonner au mieux les opérations électorales et d’adresser aux électeurs les mêmes messages de prévention.
Il n’a même pas répondu.
Quelques jours plus tard j’ai ajouté des suggestions très précises en complément des mesures concernant la continuité du service public et la solidarité avec les personnes les plus fragiles :
– associer, par vidéo transmission les 3 autres têtes de liste à la cellule de crise ;
– venir en aide aux acteurs économiques : décider l’exonération des taxes, loyers et redevances relevant de la commune, engager immédiatement le manageur de centre-ville afin d’appuyer les négociations avec les propriétaires sur les loyers, décider d’une grande campagne de promotion du Lavandou pour l’entrée de saison qui risque fort d’être compromise.
J’ai ajouté « l’heure n’est ni aux calculs politiciens ni au pouvoir personnel ».
Bien sûr le maire sortant a pris quelques unes des mesures proposées. Il annonce également un plan de relance économique encore assez vague. Sans évidemment répondre ni associer les 3 autres têtes de liste à la cellule de crise.
On peut tirer 3 conclusions de ce moment pourtant très difficile pour notre communauté :
– le maire sortant n’a pas le don de la moindre courtoisie ;
– il méprise et ses opposants et le suffrage universel, ceux-ci représentant accessoirement près de 60% des électeurs du 1er tour de l’élection municipale ;
– il tient à tout gérer seul, à prendre des initiatives plus ou moins efficaces mais spectaculaires (comme un couvre feu ou la désinfection des rues ), à distribuer de façon aléatoire des masques dans certains commerces, à téléphoner, avec le renfort de son épouse, dans tous les coins…
Bref à engranger, avec un cynisme et un électoralisme époustouflants, les avantages qu’il espère tirer de cette crise grave.
Oui, au-delà du bien public, là où les prochaines élections municipales seront aussi une question de morale.

Thierry Saussez

Notre blog