Gérer la crise sanitaire et économique

Chères Lavandouraines, chers Lavandourains,
Face à la crise du coronavirus la campagne électorale est évidemment mise entre parenthèses.
Il fallait – et il faut encore – tout faire pour contenir l’épidémie.
Cela implique l’union sacrée au delà des différences et des clivages.
C’est le sens des propositions que nous avons faites au maire sortant. Elles concernaient les 2 grands défis auxquels notre Lavandou est confronté :
– protéger les habitants en particulier les plus fragiles
– prendre des mesures d’urgence pour soutenir les acteurs économiques
Mr Bernardi n’a pas même répondu.
IL ENTEND CONTINUER À DÉCIDER TOUT SEUL DE TOUT.
Pour le meilleur ( les réseaux de solidarité, le portage à domicile ) ou le plus discutable mais volontairement spectaculaire. Pour établir un couvre feu à 20 h ( décalé à 21 h ) quand il n’y a déjà plus personne dans les rues. Pour faire désinfecter les rues ce qui vient d’être jugé inutile et nocif par le Haut Conseil de la Santé Publique ( du coup le vocabulaire officiel a changé : on ne désinfecte plus, on nettoie… ). Pour distribuer des masques à la sauvette sans garantie de fabrication des soignants ni concertation avec les professionnels médicaux et paramédicaux de la commune.
Et pourtant cette union sacrée mériterait d’associer à la cellule de crise  les 3 têtes de liste qui ont rassemblé près de 60% des électeurs au 1er tour du 15 mars.
Et pourtant cette union sacrée justifierait la convocation immédiate du conseil municipal par vidéoconférence…
Car le 2ème défi se profile. C’est celui d’une crise économique sans précédent qui va affaiblir les commerçants, les hôteliers, les restaurateurs, les entrepreneurs et risquer d’en faire disparaître. Il est suicidaire, comme l’annonce la mairie, d’attendre d’y voir clair sur le déroulement de l’épidémie pour préciser le plan de relance vaguement défini.
Il faut de suite annuler toutes les taxes et redevances, engager un manageur de centre ville afin d’aider les commerçants à négocier les loyers auprès des propriétaires, ouvrir un bureau numérique-relais pour accompagner les acteurs économiques à bénéficier de toutes les aides ou prêts disponibles, préparer une action de marketing ciblée en région Sud et une campagne de promotion nationale….
Faute d’être à la hauteur, à défaut de rassembler,  le maire sortant devra supporter SEUL les conséquences humaines, sociales, économiques, fiscales de ces crises.

Thierry Saussez, Marie-Jo Bonnier, Guy CAPPE, conseillers municipaux

Notre blog